Cailloux

Une escapade légère pour partager la montagne le temps d’un spectacle.

Comme une traversée au cœur de la Montagne et de ses histoires, le spectacle Cailloux a été mis en scène à partir de témoignages d’habitants, de textes et de poésie recueillis avec soin. Un spectacle dans lequel s’entremêlent musique, danse et théâtre.

 

Spectacle tout public à partir de 8 ans

Durée du spectacle 1h15

Contact Artistique : 06 08 35 72 88

 

Notre dernier spectacle en partenariat avec la Maison de la Vallée et le Parc National des Hautes Pyrénées, crée dans le cadre du Projet européen Leader.

Sortie de résidence le 24 Mars 2017 à la Maison de la Vallée de Luz St Sauveur.

 

Le spectacle

Avec « Cailloux », la Cie Les Jolies choses a choisi de donner un regard sur la montagne à travers la parole de ceux qui l’habitent. Comme une traversée au cœur de la Montagne et de ses histoires, le spectacle aborde les sensations propres à cet espace immense et métaphorique. Le propos est basé sur la retranscription et la mise en scène des témoignages, textes et poèmes recueillis avec soin.

Le texte, qui permet de construire un fil enrichi au fur et à mesure de la création, est associé à la mixité artistique et à la polyvalence des membres de l’équipe. Les spécialités et les horizons artistiques différents se complètent. Le théâtre s’associe à la danse, au chant et à la musique pour servir un propos à la fois singulier et universel.

Dans ce spectacle, les séquences successives s’articulent pour transporter le spectateur dans différents univers caractéristiques de la vie en montagne. Ainsi, des sujets tels que le pastoralisme ou la randonnée sont abordés en écho à de plus larges notions telles que l’espace ou le déplacement.

« Cailloux », comme son titre l’indique, est une escapade au pays des pierres et des rochers, des ruisseaux et des cascades, des villages et des moutons, une balade légère et drôle pour partager la montagne le temps d’un spectacle.

La Genèse

La compagnie Les Jolies Choses, forte de plusieurs années de recueil de témoignages d’habitants de nos vallées, a beaucoup participé à mettre en valeur la spécificité de chaque lieu où elle a travaillé.

En créant « Cailloux », la compagnie poursuit la ligne artistique qu’elle invente depuis des années en vallée des gaves. De projets sur le pastoralisme aux déambulations « Itinérances » basées sur la parole des habitants pyrénéens, en passant par la création de parcours sonores mis en ligne dans l’application « Patrimoine en balade », les artistes travaillent au cœur des montagnes, avec un patrimoine riche et atypique.

A cela, s’ajoutent des compétences diverses et variées, d’artistes qui tiennent à la transversalité de leurs arts. Ainsi, théâtre, danse, et musique côtoient Land art, conte et chant au sein d’une même compagnie.

Après une série de spectacles en extérieur, elle fait le choix de ramener les propos de ces habitants sur scène.

Après avoir cherché l’originalité de chaque village, elle fait le choix de démontrer l’universalité de la vie en montagne.

Pour mener à bien ce projet, elle choisit de s’intéresser à la parole du berger car à travers le monde entier, le pastoralisme est l’un des fondements culturels des sociétés de montagne. Dans la plupart de ces sociétés, il est encore associé au déplacement, notion elle-même associée, de nos jours, à la philosophie et à la poésie. Depuis toujours, des bergers suivent leurs troupeaux. Et les Pyrénéens ne font pas exception à cette règle. Nous avons donc choisi d’aborder la vie de montagne par cet angle nouveau tout en nous appuyant sur notre expérience en matière de transmission vivante du patrimoine oral de nos vallées.

La démarche de création

Avec « Cailloux », la Cie les Jolies Choses a choisi de poursuivre ses investigations dans le domaine de la création collective. En effet, pour de nombreuses constructions artistiques, la compagnie a déjà expérimenté ce processus de création, s’associant à des artistes d’horizons divers.

Cependant, il s’agissait avec ce projet d’aller plus loin que ce que nous avions déjà atteint jusque là.

Comment évoquer la montagne, les villages, les moutons et les bergers, la transhumance et les estives ?

Comment dire cette pente qui sort de toutes les bouches ? Comment, en un spectacle, raconter la montagne, la marche, le rythme du corps s’accordant à la montée ou à la descente, la verticalité, le silence des sommets, l’ascension ?

Nous avons choisi de créer le spectacle sur la base de recherches thématiques menées par un groupe de cinq artistes, réunis pour le projet.

Le spectacle est fruit de l’émergence du groupe. Chaque artiste s’adjoint aux autres par le processus créatif afin que le propos prenne une ampleur collective. Les repères spatiaux et temporels sont d’ailleurs gommés pour mettre en valeur l’universalité du propos. Ainsi, les artistes sont à vue tout au long de la représentation. Chacun est acteur de la mise en relief des émotions et sensations générées par le spectacle. Chacun est une voix originale au service de paroles universelles. Ainsi la musique, le texte, le corps deviennent les vecteurs de l’imaginaire collectif.

La dimension musicale

Les musiciens sont invités à jouer en présence ininterrompue sur le plateau, soit pour interpréter la musique, soit pour assumer une part de texte et/ou entrer en mouvement avec et sans les instruments. De fait, la musique est placée au même plan que la danse, le jeu d’acteur, le chant, le texte.

L’Instrumentarium (saxophones, appareils électroniques divers, objets détournés de leur fonction initiale pour leurs propriétés sonores…) permet de créer une multitude de climats.

La musique se place sur différents plans d’une scène à l’autre. Elle peut intervenir au cœur des dialogues, impulser une danse ou bien camper une ambiance distanciée, plus générale.

Les choix scénographiques

L’élément caillou, présent sur scène est le seul symbole concret de notre sujet.

Élément polysémique, il renvoie au chemin, à la montagne, à la construction et à la déconstruction. Élément scénographique, il structure de manière épurée un espace évolutif. Mobile durant le spectacle, il est un élément créateur d’espace(s), porteur d’imaginaire, matière inerte ou « marionnette ».

Cette scénographie, qui se veut simple et sobre est ancrée dans le présent. Elle se modifie sous l’action des artistes et suggère sans jamais imposer.

La distribution

Mélia Bannerman : Théâtre

Sophie Barros : Danse, Théâtre

Marc Démereau : Saxophone, scie musicale, dispositif électronique

Florian Nastorg : Saxophone, tourne-disques, objets divers

Maya Paquereau : Théâtre, Chant